L’Agriculture Biologique

L’agriculture BIOLOGIQUE, un avenir pour la Terre

LE PRINCIPE DE PRUDENCE – Un devoir pour tous

Toute la démarche de l’agriculture biologique est basée sur le fameux “principe de prudence”. Au nom de ce principe de prudence, on doit refuser de prendre des risques dont on ignore la portée et les conséquences à long terme.

LA TRANSPOSITION A L’AGRICULTURE – Les principes fondamentaux

Que ce soit en production végétale ou animale, l’agriculture biologique n’utilise aucun herbicide et aucun engrais, fongicide ou insecticide de synthèse. Et bien sûr aucun OGM !

EN BREF :

L’agriculture biologique : des sols sains pour des plantes saines et des aliments sains, un équilibre pour la Terre !!!


Pour nous, Bio Suisse est une référence des plus sérieuses.

Voici les principes énoncés dans son Cahier des charges :

Cultiver le sol avec ménagement

Consciente qu’un sol sain, un air sain, une eau saine ainsi qu’un monde végétal et animal diversifié sont irremplaçables, l’agriculture biologique se comporte toujours envers la nature et l’environnement avec le plus de ménagement possible.

Prendre sa responsabilité au sérieux

Les familles paysannes biologiques sont conscientes de leur responsabilité envers les bases naturelles de la vie, et elles essaient d’harmoniser leur travail avec les processus et les cycles naturels. En effet, l’agriculture est toujours une intervention humaine dans la nature, avec ses conséquences sur l’avenir.

Préserver la biodiversité

L’agriculture biologique doit se trouver au sein d’un écosystème diversifié en équilibre écologique stable. Les haies, les prairies maigres, les bordures des champs, les arbres fruitiers haute-tige et autres biotopes n’enrichissent pas seulement les paysages, ils contribuent aussi à la conservation de la diversité biologique, et donc au développement des organismes auxiliaires.

Conserver ou reconstituer un sol vivant

À long terme, seuls les sols vivants, c.-à-d. biologiquement actifs, continueront de fournir des récoltes. C’est pourquoi l’agriculture biologique, en recourant à des techniques de culture adéquates, prête une attention toute particulière à la conservation et à l’amélioration de la fertilité naturelle des sols. Tout ce qui contredit cet objectif primordial doit être abandonné. Il est formellement interdit d’utiliser des engrais chimiques ou de synthèse.

Protection préventive des plantes

La santé des plantes cultivées est déterminée par le choix d’espèces et de variétés adaptées au climat et résistantes, par le choix d’une fertilisation harmonieuse et équilibrée, et enfin par le choix judicieux des façons superficielles et des méthodes d’entretien des cultures. Il est formellement interdit d’utiliser des produits phytosanitaires chimiques ou de synthèse.

Élevage conforme aux besoins et au bien-être des animaux

Il faut tenir compte des besoins particuliers de chaque espèce animale élevée à la ferme. Cette préoccupation prend en compte aussi bien des principes éthiques que des aspects écologiques. L’objectif de la sélection est d’atteindre une production à vie élevée plutôt que des records momentanés. Les transferts d’embryons sont interdits.

Respect du patrimoine génétique naturel

L’agriculture biologique (produits agricoles et transformés) renonce aux manipulations génétiques ainsi qu’à l’utilisation des organismes transgéniques (OGM, organismes génétiquement modifiés) et des produits qu’ils permettent de fabriquer.

Production de qualité

L’augmentation de la quantité produite ne doit pas se faire au détriment de la qualité intrinsèque des produits.

Maintien de la qualité

La qualité des produits biologiques doit être sauvegardée tout au long de la chaîne qui va du champ au consommateur. Les processus de transformation des produits biologiques en produits finis doivent non seulement conserver leur qualité intrinsèque, mais aussi préserver les substances essentielles qu’ils contiennent.

Dans l’intérêt des consommateurs

En offrant des denrées alimentaires de haute valeur pour la santé et en ménageant le plus possible l’environnement, l’agriculture biologique agit dans l’intérêt des consommateurs et de leur santé.

Évaluation des produits

L’agriculture biologique et sa survie dépendent de la capacité des consommateurs à estimer la valeur des produits sains et de leur volonté de payer un supplément de prix.

L’agriculture et son avenir

L’avenir à long terme de l’agriculture ne peut être garanti que par son harmonie avec la nature. Cependant, l’agriculture biologique ne peut pas se contenter d’être écologiquement défendable, elle doit aussi permettre à l’homme de vivre. À long terme, seules survivront les exploitations agricoles bénéficiant de conditions de vie satisfaisantes et d’un revenu du travail correct.

Le label Bourgeon

Les denrées alimentaires produites selon les directives du cahier des charges de BIO SUISSE (Association suisse des organisations d’agriculture biologique) sont identifiables par le label Bourgeon, qui est aussi la marque déposée de BIO SUISSE pour les produits biologiques certifiés. Le Bourgeon apporte aux consommateurs la garantie de denrées alimentaires saines et écologiques.

Share

Les commentaires sont clos.