Glyphosate, encore et toujours, comme pour l’amiante…

Ne serait-il pas temps de faire passer la santé publique avant les intérêts financiers?

Dans ce mini-reportage nous pouvons encore une fois constater la contradiction entre le discours de l’impossible de faire sans le glyphosate et la démonstration pratique du faire sans… Les exemples pratiques du possible se multiplies et pourtant ils ne suffisent pas à convaincre les sceptiques?

L’histoire se répète

Dix ans pour une transition vers l’abandon des pesticides. Est-ce sérieux!
Après l’amiante et le tabac, pour ne citer que ces exemples, le glyphosate qui devrait faire prévaloir, non pas le bénéfice du doute, mais bien une mesure de précaution, peine à disparaître du marché.

La permaculture ne suffirait pas à nourrir la planète? Il est clair qu’en ne prenant en compte que le passage de l’agriculture conventionnelle (agrochimique) vers la permaculture, on ne peut que faire des prévisions pecimistes. Par contre si l’on considère un tout, en diminuant la consommation de viande, en payant le prix juste des fruits et légumes, en soutenant de manière participative nos producteurs, la donne change radicalement.

Le discours entretenu par certain pour le maintien des pesticides est tout simplement irresponsable et n’a que pour argument le maintien d’une économie profitable au dépend de l’environnement et par conséquent de notre santé.

La transition écologique n’est plus une question à débattre. C’est une nécessite qui avec un minimum de bon sens pourrait se mettre en place sans difficulté. Elle concerne notre gouvernement, nos producteurs et surtout les consommateurs qui, par un signal clair, pourraient changer la tendance en devenant des ConsommActeurs!

Share

Les commentaires sont clos.