Les objectifs

Les objectifs de l’Association des BioConsommActeurs

Objectifs principaux

L’association BioConsommActeurs a pour but principal de promouvoir l’alimentation, l’agriculture et tous les produits biologiques et écologiques, mais aussi de dénoncer les technologies et les pratiques dangereuses pour l’équilibre écologique et la santé.

Elle se préoccupe des intérêts de toute la filière bio et des consommateurs bio, notamment en se souciant de l’éthique dans l’agriculture, l’alimentation et l’agro-alimentaire, mais aussi en s’efforçant de promouvoir le commerce équitable à tous les échelons.

Objectifs détaillés

  • Développer la consommaction bio en terre romande
  • Devenir un mouvement important de consommacteurs bio
  • Informer les consommateurs sur l’agriculture biologique, sur les produits bio et leur certification, sur les points de vente
  • Faire connaître les avantages écologiques et socio-économiques du bio
  • Promouvoir le commerce spécialisé et la vente directe des produits bio
  • Créer et entretenir des relations privilégiées entre les consommateurs, les producteurs, les transformateurs (notamment artisanaux et fermiers) et les commerçants
  • Veiller à la traçabilité des produits et la transparence des filières
  • Promouvoir et soutenir le commerce équitable à tous les niveaux
  • Développer et soutenir les filières de proximité: les faire connaître et engager les consomma-teurs à les préférer
  • Promouvoir les produits biologiques et écologiques (cosmétiques naturels, textiles bio, etc.).
  • Défendre les intérêts des consommateurs de produits biologiques et écologiques.
  • Soutenir le commerce biologique de proximité, notamment en diffusant les listes des magasins spécialisés et des producteurs bio qui font de la vente directe sous toutes ses formes.
  • Devenir un mouvement fort pour pouvoir interpeller les pouvoirs publics communaux, cantonaux et fédéraux sur l’urgence de développer l’agriculture bio.
  • Exiger l’interdiction des cultures transgéniques (OGM), dont l’impossibilité de la coexistence avec l’agriculture bio a été prouvée.
  • Tisser un réseau de relations avec toutes les organisations apparentées (c.-à-d. p. ex. FiBL, Bio Suisse, CAA, WWF, Pro Natura, Greenpeace, Bioterra, Stop OGM, VKMB, Uniterre, Slow Food, etc.)

Les commentaires sont clos.